Scheldelaan est le premier projet à utiliser l'échelle de performance CO2 en Flandre

Prev Next

Plusieurs projets pilotes sont actuellement en cours dans notre pays, dans lesquels la certification sur l'échelle de performance CO2 offre des avantages lors de l'appel d'offres. L'un de ces projets est le projet de rénovation de l'Escaut réalisé par Willemen Infra pour le compte de l'Agence des routes et du trafic (AWV). Quel rôle a joué l'échelle de performance CO2 dans ce projet ? Et quelles mesures durables ont été prises ? Le site web co2-prestatieladder.nl est parti à la recherche des réponses à ces questions.

Casser les fondations et les sous-fondations, réduire en miettes les couches d'asphalte, enlever des tonnes de débris et les remplacer par de nouveaux matériaux... Ce n'est qu'une petite partie de ce qu'il fallait faire lors des travaux d'entretien de l'Escaut dans le port d'Anvers. Une tâche lourde, avec un délai serré : Willemen Infra disposait de trois mois pour achever le travail en 2021. Hans, chef de projet : "Il s'agissait d'une route à deux voies de trois kilomètres, avec des zones de stationnement et des pistes cyclables, qui devait être entièrement rénovée. Il s'agit donc rapidement de quelque 30 000 m² de matériaux (d'une profondeur de 70 cm) que nous avons dû enlever et remplacer."

premier projet à utiliser l'échelle de performance CO2

La durabilité a été au centre des préoccupations durant le projet. AWV a utilisé l'échelle de performance CO2 pour la première fois dans le cadre d'un appel d'offres. Dirk Van Troyen, ingénieur en mesure routière chez AWV, explique ce choix : "Il y a quelques années, un comité de pilotage a été créé pour étudier si l'échelle de performance CO2 pouvait également être appliquée en Belgique. En 2019, les gouvernements flamand, wallon et bruxellois ont donné leur feu vert à une phase pilote. Ce projet en fait partie."

Construction sans impact sur le climat

Sur les trois grands entrepreneurs qui ont posé leur candidature pour le projet Scheldelaan, Willemen Infra a été autorisé à poursuivre. L'entreprise a atteint le niveau 3 de l'échelle en cartographiant son empreinte carbone et en y associant des objectifs de réduction. "Nous voulons réduire nos émissions de CO2 de 10 % en trois ans, avec 2019 comme année de référence et par rapport à notre chiffre d'affaires", explique Franky, responsable du développement durable au sein du Willemen Groep.

Entre-temps, Willemen Infra est déjà en train d'obtenir un certificat au niveau 4 ou 5 de l'échelle de performance CO2. "Après tout, le développement durable est une priorité", explique Franky. "Et un niveau plus élevé sur l'échelle s'inscrit parfaitement dans ce contexte. Auparavant, le développement durable était quelque chose que nous faisions en plus, mais aujourd'hui, il est réellement intégré dans notre stratégie et notre politique. Nous voulons maximiser la valeur de nos activités tout en réduisant au maximum l'impact sur l'environnement. L'objectif ultime : une construction neutre sur le plan climatique et sans impact négatif sur les écosystèmes. Cela implique beaucoup de choses. De l'utilisation et de la gestion optimales des matières premières aux méthodes de construction innovantes et circulaires."

Énergie verte et recyclage des matériaux

Plusieurs mesures durables ont également été prises dans le cadre du projet Scheldelaan. Par exemple, Willemen Groep a remplacé l'électricité verte provenant d'Europe par de l'électricité verte provenant de son propre pays pour tous les bureaux, entrepôts et sites de production. Deuxièmement, des efforts ont été faits pour réutiliser les matériaux afin de réduire l'empreinte carbone du projet. Hans, chef de projet : "Nous avons réutilisé environ 10 % de l'ancien revêtement routier en le mélangeant à de nouveaux matériaux et en le fraisant avec du ciment. Ensuite, on parle rapidement de quelque 5 000 m³ de sable que nous n'avons pas eu à transporter."

Un asphalte plus durable

Troisièmement, Willemen Infra a misé sur l'utilisation d'asphalte à température réduite (avt). L'asphalte est normalement produit à une température d'environ 180°C. Mais en appliquant certaines techniques, comme le moussage du bitume, une température de 120°C peut suffire. Mais en appliquant certaines techniques, comme le moussage du bitume, une température de 120°C peut également suffire. Hans : "Des températures plus élevées entraînent une plus grande consommation d'énergie. Donc, si vous effectuez le processus à une température plus basse, vous économisez de l'énergie".

Leçons apprises

Pour toutes les parties concernées, le projet Scheldelaan a été une expérience d'apprentissage en ce qui concerne l'échelle de performance CO2. "On commence à organiser les processus de manière plus intelligente, à combiner les choses, etc. Les économies d'énergie et de matériaux qui en résultent ne sont pas seulement bénéfiques pour l'environnement. Elles améliorent également votre position concurrentielle", explique Hans. Franky : "En outre, l'échelle de performance CO2 a permis à Willemen Groep d'accorder une place plus importante à la durabilité. Non seulement auprès de la direction, mais aussi dans l'atelier."

Plus d'informations sur www.co2-prestatieladder.nl

10 Janvier, 2022 - 12:30

Willemen Infra est un constructeur de routes belge de premier plan, avec une présence régionale en Flandre et en Wallonie. Un atout important est que nous contrôlons tous les aspects du processus de construction. En outre, nos 1 000 collaborateurs formés et expérimentés n’hésitent pas à travailler le week-end ou la nuit pour achever leurs missions dans les délais. Par ailleurs, grâce à nos propres sites de production et de recyclage certifiés COPRO, nous sommes l’un des principaux fabricants d’asphalte et de béton de route.